Récits de course

2015

La Mad’trail, par Marie-Christine Constant
2015-08-16 18_10_27-www.tortuesmeslinoises.be_wordpress_wp-content_uploads_2015_08_La-Madtrail.pdf
Lire le récit ici: 

2013

Les 24 h de Nivelles, par Roland Janssens

24h nivelles photo3

Ce n’était pas mon objectif de début de saison mais un 24h près de chez soi sur un parcours relativement plat, le choix s’est quasi imposé de lui-même suite à ma blessure du début de saison à Steenwerck.

Ma préparation commence début juillet pour permettre une augmentation progressive du kilométrage hebdomadaire. Petite frayeur les 3 premières semaines du mois d’août ou je dois arrêter de courir en raison d’un mollet droit à nouveau récalcitrant qui m’avait valu d’abandonner début mai à Steenwerck.

Je décide d’un repos complet pendant 2 semaines. A 10 semaines de l’objectif, je recommence doucement. Semaine -8, je participe au voyage du club et je cours le semi de la Caldénacienne sans rien ressentir. Semaine -5 participation aux 6h d’Ath. semaine -4, semi de Jurbise semaine 3, 5 sorties pour 83 km. Tout semble ok ; un kilométrage un peu faible mais en fait une grande partie de ceux-ci sont couru à vitesse 24h soit +/- 8km/h pour ce qui me concerne et donc beaucoup d’heures à consacrer à l’entrainement.

Françoise et moi démarrons samedi matin vers 11h00. Arrivée vers midi, l’infrastructure semble effectivement tenir ses promesses. Vestiaires du club d’athlétisme, tentes de repos pour les coureurs, chapiteau pour les inscriptions et le chronométrage, sono « monstrueuse » qui nous accompagnera une grande partie des 24h et qui sera l’occasion d’un podium d’essai pour quelques groupes de jeunes musiciens locaux.

Le plan de course prévu pour battre mon record de 2009 (139,260) 52 km sur le 1er 6 h, 38 kms sur le 2e, 25 sur le 3e et 30 sur le 4e.

Le départ de ce championnat de Belgique est donné avec quelques minutes de retard. Les grosses pointures belges de la discipline sont évidemment présentes (Leysen, Dhooge, Lindekens, …) ainsi que quelques très bons français et allemands.

Je passe les 1ères 6h avec 49.5 km au compteur. Je connais mon 1er coup de mou. Encore une fois, mon alimentation sur ce genre d’épreuve est déficiente. Clairement, je n’ai jamais été aussi près d’abandonner une course. Françoise qui a fait un aller retour est obligée de faire preuve de fermeté pour me remettre en route. Je parviens à effectuer 36.3 km. Soit 85.8 après 12h et près de 5 km de retard sur ma prévision initiale.

Au cours du 3e quart, je dors 1h, je cours 2h, je dors une heure. Et c’est un petit 24,2 qui s’affiche au compteur soit 110 . Etonnement, cette 2e heure de sommeil me remet dans la course. La fatigue est passée, seuls les problèmes pour m’alimenter subsistent. J’essaie la soupe qui passe bien et me redonne un peu de vigueur.

Je découpe le circuit en tronçons : passage du ravitaillement, je marche pour essayer de boire et manger, ensuite course jusque la fin de la piste. Sur la partie route, je marche jusqu’au 1er rond-point puis course jusqu’au rond point suivant et si possible jusqu’au début du 3e, je passe celui-ci en marchant et je cours à nouveau jusqu’au ravitaillement. Cette façon de procéder me remet dans la course.

Je m’aperçois que mes adversaires sont aussi fatigués que moi. Je grignote lentement les kilomètres et je me rends enfin compte que je peux battre mon record. Ce sera chose faite après la 23e heure, que du bonheur pendant « 54 minutes ». Au passage de ce qui devait terminer ma course, je vois que le compteur indique 144.1. Il me reste 6’ pour 1km et marquer 145, je peux (je veux) le faire et je repars pour un tour. Au signal de la dernière minute, je donne tout ce que j’ai pour terminer le tour mais le coup de pistolet final m’arrête à une centaine de mètres de la ligne.

Conclusions :

– Dès la 6e heure j’ai dit et répété que ce serait mon dernier 24h. Je pense que cette idée m’a permis de me dépasser pour atteindre mon objectif.
– 24h c’est long et très difficile à gérer mentalement. Sans l’aide précieuse de Françoise et les encouragements des autres coureurs, des bénévoles et des spectateurs je n’y serais pas arrivé.
– 145,139 kms, record battu, 15e individuel (9e belge). (Champions de Belgique : Pat Leysen 221,114et Valérie Turlot, 201,449).

Marathon-relais à Beloeil

Les Tortues Meslinoises au marathon-relais de Beloeil. Pour la 3e année consécutive, les Tortues Meslinoises se sont données rendez-vous au marathon relais de Beloeil. 3 équipes mixtes sont composées pour une course toute amicale. Les « Tortues expresses » viseront clairement le podium des équipes mixtes, les  « nouvelles Tortues » viennent découvrir le concept mais cachent mal une certaine ambition. Les « vraies Tortues » visent un milieu de classement, leur objectif est d’améliorer leur performance de l’an passé.

Nous nous retrouvons vers 10h15 près du chapiteau pour récupérer les dossards et les chasubles. C’est l’occasion d’une petite photo de famille avant le départ donné vers 10h45.

P1000239

Le temps frais et sec nous promet de bonnes conditions de course. Le 1er Alexandra, Martine et Pierre. Les vraies Tortues décident de faire un départ tranquille ce qui n’est pas le cas des 2 autres teams qui accélèrent le rythme. Chacun se donne à fond pour son équipe mais chaque relais est l’occasion d’encourager les autres Tortues.

Au bout de cette sympathique joute, les « Tortues expresses » terminent 1ères au classement des équipes mixes (5e au scratch), les « nouvelles Tortues » (4e) ratent malheureusement le podium d’une petite 1’20 » et les « vraies Tortues » prennent une honorable 9e Objectif plus que réussi pour nos trois équipes. Comme chaque année, la remise des prix est l’occasion de boire le verre de l’amitié pour terminer cette belle journée de convivialité.

Les équipes :
– Les Tortues motivées (Martine Canivez, Jean-Michel Strumelle, Benjamin Cailleau, Gaël Delhaye et Vincent Dannaux). (3h01’49)
– Les nouvelles Tortues (Alexandra Bouchat, Jean-Michel Mactelinck, Benoît Cousin, Manuel Mestre et Jean-Baptiste Flammia). (3h24’40)
– Les vraies Tortues (Pierre Meulenyzer, Jean-Marie Galant, Gérard Lenoir, Roland Janssens et Anne Galant). (4h00’17)

De « Je cours pour ma forme » aux 20km de Bruxelles, par Monique Vranckx

Marathon de Paris, par Julien Boisdequin
Google-Docs-Logo

2012

L’ultra trail de Philippe Duvivier: CCC 2012

2011

Marathon Relais:

Le voyage des Tortues Meslinoises: La course des terrils

24h de Liège, par Roland Janssens
56e au scratch, 15e individuel sur 23 classés : 108.63 km
J’ai décidé au dernier instant de m’y aligner. Je tenais une forme tout à fait correcte pour cette course mais, comme l’an passé, la forte chaleur du samedi a ruiné tous mes espoirs de faire une performance honorable. (Il faisait encore 25° à 23h00). Le dimanche, la température plus fraiche m’a permis d’améliorer mon kilométrage mais je suis déçu car l’objectif était de battre ma meilleure performance (139.8 kms).

Le marathon du Médoc : un marathon festif au milieu des vignes, par Régine et Luc Cuvelier
Le marathon du Médoc est l’un des marathons les plus courus de France, c’est le plus célèbre des marathons festifs.  Il se court déguisé.  Le thème cette année était celui des animaux, c’est donc en tortue que nous y participions. Il part de Pauillac pour traverser les vignobles les plus célèbres du  Médoc, qui ouvrent leurs portes aux coureurs afin de leur faire découvrir leur production.  Le chrono, pour une fois, n’est pas l’objectif principal de ce marathon au parcours vallonné et comprenant des chemins de vignes.  Ce qui compte, c’est le plaisir et la dégustation (avec modération évidemment).  Le marathon du Médoc est avant tout une découverte de la région à travers ses châteaux. Sur le parcours, 22 points de ravitaillement, 23 tests « oeno-sportifs » (dégustation de grands crus à dose modérée !) 55 animations-orchestres et points de dégustations variées (huitres, entrecôte, fromage, raisins, glaces, etc…)

Temps réalisé par Luc : 04h13’55’’ (638 sur 8500 inscrits)
Temps réalisé par Régine : 05h06’35’’ (2192 sur 8500 inscrits)

Les 6 jours d’Antibes, par Roland Janssens http://www.6jours-antibes.fr/ )

2010

CCC 2010, par Philippe Duvivier

2009

Cross du Mont-Blanc, par Marc Deschuyteneer

Trail Olne-Spa-Olne, par Geneviève Deschuyteneer

CCC, par Philippe Duvivier